Last Tango in London

En allant à la Patagonia pour la dernière fois, Gaston et moi nous sommes demandé combien de fois nous y avions diné? Et la reponse est : quasiment une fois par mois, et souvent quand nous avions des visites. Et ca tombe bien, ca fait référence a un article de ce blog sur un livre : L’amant de Patagonie.

photo 3

C’est un petit restaurant qui ne paye pas de mine, je dirais même que c’est après avoir ratissé bon nombre de restaurants du quartier que nous en avons franchi le seuil.

Et quelle agréable surprise !

photo 2 (1)

De la viande argentine délicieuse, une majorité de plats sans gluten à part les empanadas et milanaises, et le must : un barbecue pour 2 avec des morceaux d’agneau, de bœuf, des saucisses argentines. C’est délicieux et parfait pour notre Gaston carnivore ! Si j’avais pu j’aurais essayé tous les plats, à m’en faire mal au ventre tant la viande est bonne et tout fait au menu fait rêver.

Nous n’avons jamais été déçus par la qualité des spécialités, l’accueil chaleureux, l’accent espagnol (¡ ma qué !).
photo 4 photo 1

Et après la bonne bouffe, je crois c’est aussi la decoration qui l’emporte. J’aime beaucoup les rangées de fanions d’équipes nationales, des photos en noir et blanc de Patagonie, une vieille carte de l’Amérique du Sud, des tasses à mate et de la vaisselle sur chaque étagère. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette ambiance n’a pas l’air trop kitsch ou mal fagoté, mais plutôt simple et bon vivant. On se sent un peu comme à la maison sauf qu’il n’y a pas à faire la cuisine et qu’elle est meilleure.

photo 2 (2)

photo 1

C’est le cœur lourd, presque brisé, que nous avons commandé notre dernière milanaise bœuf-mozarella-tomate pour Gaston et poisson grillé aux légumes du sud pour moi, conseillés par un serveur enthousiaste et hilare. Sans oublier le dessert, auquel on ne peut pas échapper : une crèpe au dulce de leche pour monsieur et un flan au dulce de leche pour mademoiselle. Vous l’aurez compris le dulce de leche est la spécialité locale.

photo 3 (1)

Je vous conseille de réserver un peu en avance pour un vendredi ou un samedi, ils ont pas mal de succès.

photo 1

photo 1 (1)

photo 2

Publicités

Les petites meringues magiques

Ce n’est pas toujours simple de suivre un régime sans gluten, surtout si vous êtes un/une inconditionnel/le des desserts et autres sucreries (cf Le café gourmand). Avant de devoir restreindre mon alimentation à des nutriments dépourvus de blé, orge, seigle et avoine, je pouvais me laisser aller à des orgies de biscuits, pâtisseries en tout genre, chocolat Lindt désormais interdits.

image (4)

Heureusement, il y a quelques-uns de ces plaisirs qui me sont toujours permis dont les macarons et les meringues ! Mais attention, pas n’importe lesquelles. Celles que j’aime sont les meringues que ma mère confectionnait dans mon enfance et dont elle avait dégoté la recette dans la bible des cuisiniers débutants : Les recettes faciles de Françoise Bernard. Auteure qui est donc depuis toujours mon idole culinaire, l’égérie des bons petits plats qui sentent la bonne franquette et la réussite garantie. Lire la suite